Instaurée par l’ordonnance du 12 mars 2014, cette nouvelle procédure est inspirée de la sauvegarde financière accélérée, elle-même créée en 2010 comme solution de « rattrapage » d’une conciliation qui aurait échoué en raison de l’opposition de certains créanciers.

Elle nécessite sur une négociation avec les créanciers qui devra être menée dans un délai très bref.