Le projet de plan de sauvegarde aura le plus souvent été préparé avant l’ouverture de la sauvegarde accélérée puisque celle-ci est nécessairement précédée d’une conciliation n’ayant pas abouti à un accord.

Le plan pourra être identique ou non au projet d’accord de conciliation.

La durée de remboursement pourra dépasser dix ans et le minimum de remboursement de 5% à compter de la troisième annuité ne sera pas non plus applicable (L628-8).

Cependant, le tribunal ne pourra pas imposer un délai de paiement aux créanciers récalcitrants.